Free People's mission

Jesus Christ is the same yesterday, today and forever. Heb.13.8

Language:

Other Countries




Avant que le Seigneur Jésus ne revienne, il faut que l’ordre de mission qu’il a donné Lui-même (Marc 16.14-18) soit accompli dans le monde entier pour la dernière fois. “Et cet évangile du royaume sera prêché dans la terre habitée tout entière, en témoignage à toutes les nations; et alors viendra la fin” (Mat. 24.14). En aucun autre temps comme aujourd’hui, il n’y a eut la possibilité d’accomplir cette tâche par le moyen des médias. Sur l’île de Patmos cela fût montré symboliquement à Jean, le voyant: “Et je vis un autre ange volant par le milieu du ciel, ayant l’évangile éternel pour l’annoncer à ceux qui sont établis sur la terre, et à toute nation et tribu et langue et peuple” (Apoc. 14.6).

Il devrait être suffisamment connu de tous que, depuis la Réformation, de nouveaux réveils spirituels toujours plus profonds ont constamment eu lieu. Celui qui est informé à cet égard sait bien qu’au tournant de ce siècle une puissante action de l’Esprit a commencé dans le monde entier; après la seconde guerre mondiale, une brèche toute spéciale s’est faite vers la véritable prédication apostolique.

Avant chaque événement particulier Dieu a en vérité envoyé Ses serviteurs et prophètes, auxquels Il a révélé Son secret (Amos 3.7). A cet égard nous pensons à Noé, Moïse et d’autres encore, comme aussi aux serviteurs qui se sont levés au cours de l’histoire de l’Eglise. Comme cela avait été promis dans Esaïe 40.3 et Malachie 3.1, promesses confirmées par Jésus-Christ dans les évangiles, ainsi Jean-Baptiste comme précurseur, s’est levé avant la première venue de Christ, portant un “message d’introduction” pour préparer Son chemin. Ce ministère était de première importance dans l’histoire du salut et se trouvait en relation directe avec les événements dans le Royaume de Dieu. En cette dernière période du temps de la grâce, avant le seconde venue de Christ, Dieu a de même accompli Sa promesse et Il a envoyé un messager de la même grandeur qu’Elie, avant l’arrivée du “jour de l’Eternel”, comme cela avait été annoncé dans Malachie 4.5,6 avec le “message actuel” de la Parole révélée. Jésus-Christ Lui-même a confirmé cette promesse, alors qu’elle était encore à venir, dans Matthieu 17.11, comme Il a confirmé le ministère de Jean-Baptiste qui venait d’être manifesté (v. 12). Il s’agit donc maintenant de préparer le chemin du Seigneur et de tourner le coeur des enfants de Dieu vers la doctrine et la pratique des pères apostoliques. Au temps de Jean-Baptiste il s’agissait d’incliner le coeur des pères de l’Ancien Testament vers les enfants de la Nouvelle Alliance (Luc 1.16,17). Maintenant nous avons affaire aux événements qui clôturent l’histoire du salut et qui conduisent à l’achèvement de l’Eglise du Nouveau Testament.

Le ministère, confirmé surnaturellement, de l’homme de Dieu bien connu William M. Branham (1909-1965), dont j’ai personnellement bénéficié, porte tous les signes de celui d’un apôtre et d’un prophète. Ce ministère rend témoignage qu’en notre génération les Saintes Ecritures se sont accomplies sous nos yeux. Dans son ministère, des choses extraordinaires se sont accomplies, lesquelles nous rappellent le ministère prophétique de notre Seigneur Jésus, comme aussi les récits des évangiles et du livre des Actes des Apôtres. C’est également ce que peuvent témoigner plusieurs personnalités connues dans le monde entier dans les divers mouvements de réveil, car elles ont elles-mêmes entendu et vu de leurs propres yeux toutes ces choses. Le premier à rendre témoignage des choses qu’il avait vues de ses propres yeux à la fin des années quarante, et qui est mondialement connu, c’est l’éditeur du périodique Voice of Healing, le Rév. Gordon Lindsay, de Dallas, Texas, USA. En 1950 il publia le livre “William Branham – Un homme envoyé de Dieu”. La doctrine et la pratique de cet humble homme de Dieu correspondaient réellement avec le témoignage biblique des apôtres et des prophètes. Face à cette réalité, tous ceux qui critiquent William Branham devraient considérer à fond cette réalité.

Toutes les grandes églises nationales et autres confessions chrétiennes furent à leur tour saisies par ce réveil spirituel qui commença en 1946. Des centaines d’évangélistes furent inspirés par son ministère et entrèrent eux-mêmes dans le service. Depuis ce temps-là, des campagnes d’évangélisation interconfessionnelles ont lieu dans le monde entier, telles que celles des “Hommes d’Affaires du Plein Evangile”, ainsi que les manifestations charismatiques. Aujourd’hui “l’action de l’Esprit”, “la prière pour les malades”, etc. ne sont plus seulement le fait de petits groupes chrétiens marginaux, mais cela est généralement pratiqué, et même les mass média en prennent connaissance. Toutefois, souvent sans le savoir, les église nationales et libres demeurent impliquées dans des doctrines et des traditions non bibliques.

Si Dieu confirme Sa Parole dans la vie des auditeurs croyants par des guérisons, ceci n’est pas encore la preuve de la justesse de la doctrine de l’évangéliste ou de celui qui accomplit le miracle. Ceci est seulement la preuve que Dieu est fidèle. Qu’il exauce les prières et qu’il accomplit Ses promesses à l’égard de ceux qui croient en Lui.

La bénédiction divine vient sur tous ceux qui y aspirent “car il fait lever son soleil sur les méchants et les bons, et envoie sa pluie sur les justes et les injustes” (Mat. 5.45). Sur ce point également la Parole de notre Seigneur nous donne l’éclaircissement nécessaire: “Vous les reconnaîtrez à leurs fruits” (Mat. 7.16). Ainsi donc la preuve ne vient pas des dons de l’Esprit, que l’on peut s’approprier et imiter, mais bien des fruits de l’Esprit (Gal. 5.22,23) qui ont besoin de croître pour rendre témoignage de quel “arbre” il s’agit en réalité. Ce n’est pas la pluie spirituelle qui est décisive à cet égard, mais bien la sorte de semence qui se trouve dans les coeurs et sur laquelle cette pluie tombe, car chaque semence se reproduit selon son espèce. Aussi bien la bonne que la mauvaise semence se trouvent toutes deux sur le champ de ce monde. Le Seigneur dit: “Laissez-les croître tous deux ensemble jusqu’à la moisson!” (Mat. 13.30). Au temps de la moisson, l’ivraie sera liée ensemble et jetée au feu, mais le blé sera recueilli dans Son Grenier. Cette Parole qu’a dite notre Seigneur doit également s’accomplir: “Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé en ton nom, et n’avons-nous pas chassé des démons en ton nom, et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles en ton nom? Et alors je leur déclarerai: Je ne vous ai jamais connus; retirez-vous de moi vous qui pratiquez l’iniquité” (Mat. 7.22,23).

Conformément aux déclarations de notre Seigneur, le juste et le faux existent côte à côte. Le faux est même tellement semblable au juste que l’on peut dire: “Christ est ici. Christ est là”. Mais Jésus nous met en garde par cette parole: “Car il s’élèvera de faux christs (faux oints) (Marc 13.22). En réalité Dieu est présent uniquement là où Il peut montrer Son chemin et là où Sa volonté est accomplie; là où se trouvent Sa Parole et Son Esprit et où l’enseignement et la pratique sont en accord avec la Bible.

Les signes et les miracles en eux-mêmes ne sont pas un critère. Une atmosphère suggestive ne compte pas pour Dieu. Pour Lui tout doit s’accorder avec les Saintes Ecritures. Maintenant, il faut arriver à la même prédication de la Parole et que s’ensuivent les mêmes pratiques que du temps des apôtres, jointes à la foi qui vient des Ecritures, fondée uniquement sur la Parole de Dieu et ancrée en Jésus-Christ.

Avec un profond respect tous ceux qui craignent véritablement Dieu doivent reconnaître et croire les promesses données à l’Eglise de Christ pour cette dernière période, en attendre leur accomplissement et les expérimenter. Avant que Christ ne puisse revenir, il faut premièrement que tout soit ordonné bibliquement, c’est-à-dire selon le modèle de l’Eglise primitive, et que toute chose soit rétablie comme cela est écrit dans Actes 3.21: “Lequel il faut que le ciel reçoive, jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses dont Dieu a parlé par la bouche de ses saints prophètes de tout temps”.

Tout à la fin, avant le retour de Christ, une communauté biblique non organisée de croyants, sortira pour se cristalliser sous l’autorité de Christ, leur Chef. Dans l’Eglise du Seigneur la grande brèche vers la prédication et la pratique sans compromis du Christianisme primitif, conformément au modèle des Actes des Apôtres, est proche; et avec cela “l’achèvement de la Réformation”. De même qu’il en a été au commencement, au temps des apôtres, ainsi doit-il en être de nouveau à la fin. Le livre des Actes des apôtres se trouve être le seul modèle valable devant Dieu pour l’Eglise du Nouveau Testament.

Content 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11