Misión Popular Libre Krefeld

Jesucristo es el mismo ayer, y hoy, y por los siglos. Heb.13.8

Idioma:

Otros países

Vision 7000 / Ewald Frank

6. Destines A Vivre En Communion Avec Dieu




Selon la volonté de Dieu les hommes ont été destinés dès le commencement à vivre en communion avec Lui. C’est la raison pour laquelle, quelle que soit leur race ou leur religion, ils ont le désir d’adorer un Etre suprême. Tous ressentent en eux-mêmes un besoin inexplicable d’adoration, sans égard à la manière dont elle est pratiquée. Si une personne ne trouve pas une chose religieuse qu’il puisse adorer, il adorera alors Mammon, une passion, le sport, quelque passe-temps favori, ou encore une idole. Cette profonde aspiration que chaque homme, riche ou pauvre, porte en lui ne peut être valablement étanchée que par ce qui est divin.

Les croyants juifs prient le Dieu qui s’était présenté personnellement à eux, du temps de Moïse, comme étant le Dieu d’Israël. Un Juif véritable ne peut croire qu’à un seul et unique Dieu, car Lui-même a dit: “Ecoute, Israël, l’Eternel, notre Dieu, est un seul Eternel” (Deut. 6.4). Dans l’Ancien Testament il est écrit environ 6’700 fois “L’Eternel Dieu” – “Yahweh Elohim”. Les croyants bibliques juifs attendent en tout temps le venue du Messie et la reconstruction du Temple, comme l’Eternel le leur a promis.

Les musulmans prient également un seul Dieu, qu’ils appellent Allah. Leur prophète Mahomet croyait que le Messie avait été engendré par l’Esprit, mais il niait la crucifixion de Christ. Pour lui c’était un grand prophète et messager de Dieu, et il croyait que Dieu l’avait repris à Lui à la fin de son service, mais il ne croit pas qu’il était Le Seigneur et Sauveur. Mahomet prêchait le monothéisme absolu, mais il n’avait aucune compréhension de la révélation de Dieu Lui-même en Christ, ni de la nécessité de la rédemption.

Les Hindous croient à leur trinité principale, composée de Brahma, le créateur, de Vishna, le conservateur, et de Shiva, le destructeur et rénovateur, et ils ont aussi un grand nombre de dieux. Ils mettent leur confiance en l’enseignement qui dit que dans une autre vie à venir, éventuellement sous la forme d’une bête, et que, par un processus de purification perpétuel, ils finiront par atteindre le but. Les Bouddhistes croient de la même manière à la réincarnation et se fondent, pour leur salut, sur la méditation. Là aussi, de même que dans l’islam et l’Hindouisme, c’est en vain que l’on cherche un message divin exprimant le salut et l’espérance pour l’éternité, comprenant la certitude de la victoire sur la mort. Mais une religion sans le salut ni une véritable espérance n’est-elle pas une religion vaine?

Ce qui est important, c’est la “volonté de Dieu” révélée et confirmée, dans laquelle l’homme doit se laisser insérer. Une période a existé, dans laquelle, au paradis, les premiers hommes vécurent dans une communion directe avec l’Eternel Dieu. Dans cet état originel d’innocence ils ne connaissaient rien de la souffrance, des douleurs, de la maladie ou de la mort. En tant que créatures de l’Eternel ils étaient destinés à vivre éternellement. Le Dieu éternel leur avait donné le libre arbitre, de telle manière qu’ils pouvaient prendre leur propre décision, laquelle signifierait la vie ou la mort. Ils pouvaient choisir entre le bien et le mal, l’obéissance et la désobéissance, la loi et l’incrédulité. Il en est aujourd’hui de même pour chacun de nous. Dès le commencement le point capital était l’obéissance, et malheureusement c’est là que l’homme faillit; tout d’abord Eve, puis ensuite Adam. Eve écouta les arguments et les mensonges de Satan venu sous la forme du serpent, fut séduite, tomba dans le péché, et entraîna Adam avec elle. Ainsi, le péché originel fut accompli et par la transgression des commandements de Dieu tous deux tombèrent sous l’influence du méchant et durent mourir. Le Dieu Eternel accomplit ainsi la menace qu’il avait faite et Il les chassa du jardin d’Eden. La communion avec Lui était brisée, et la souffrance, les maladies et la mort vinrent sur toute l’humanité, malgré la belle promesse faite par l’ennemi: “Vous ne mourrez point certainement… et vous serez comme Dieu…” (Gen. 3.4,5).

Personne ne peut se déclarer innocent en disant: «Je ne suis pas coupable de cela». En effet, chaque homme et chaque femme, chaque jeune homme et jeune fille, aurait fait exactement comme Adam et Eve – et c’est certainement ce qu’ils font encore aujourd’hui. Dieu connaît tous les hommes et Il savait qu’aucun n’était capable, de lui-même, d’accomplir tous Ses commandements et Ses préceptes. Cependant, dans Sa justice, il les a donnés afin que nous reconnaissions notre transgression et notre désobéissance à Son égard.

S’il n’existait point de lois divines, personne ne pourrait être convaincu de transgression, et aucun ne verrait la nécessité du pardon et du salut. Nous sommes tous venus dans ce monde séparés de Dieu et perdus loin de Lui, et c’est la raison pour laquelle nous avons besoin du salut et de la réconciliation avec Lui. La conscience exhorte chacun, même ceux qui n’ont jamais entendu le Message divin, ni lu la Bible. Chacun sait très bien quand il ment, quand il trompe, vole ou fait quelque chose de défendu. Nous nous sommes tous rendus coupables envers Dieu, que l’on soit riche ou pauvre, bon ou méchant. Qu’aucun ne s’imagine que, parce qu’il n’a ni tué, ni volé, ni fait tort à personne, ce n’est pas si mauvais que cela. Le juste jugement de Dieu a été prononcé sur chacun, et c’est la raison pour laquelle tous doivent mourir. Rien dans la vie n’est aussi certain que la mort. “Et comme il est réservé aux hommes de mourir une fois, et après cela le jugement…” (Héb. 9.27). Nous sommes responsables de nos actes.

La communion avec Dieu a été interrompue par la chute dans le péché. Cependant Dieu a pensé à nous et à Lui-même ouvert un chemin conduisant à Lui par Celui qui pouvait dire: “Moi, je suis le chemin, et la vérité, et la vie; nul ne vient au Père que par moi” (Jean 14.6). Dans Son amour infini et Sa miséricorde, l’Eternel est venu à nous afin que nous puissions venir à Lui.

Comme c’est dans ce corps terrestre que nous avons péché, Dieu dut prendre un corps pareil au nôtre pour être le substitut de l’humanité entière, afin que Lui, le seul innocent, puisse prendre le péché de nous tous et nous réconcilier avec Dieu. C’est ce qui est arrivé en Jésus-Christ notre Seigneur, Lequel appelle encore aujourd’hui: “Venez à moi vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi, je vous donnerai du repos”. Les personnes qui répondent à Son appel et viennent à Lui peuvent alors, lorsque leur dernière heure est venue, remettre leur esprit entre Ses mains et être certains qu’Il leur donnera aussi la même réponse: “En vérité, je te dis: Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis” (Luc 23.43). Mais sans aucun doute, celui qui vit consciemment sans Lui, mourra aussi sans Lui. Seuls sont bienheureux ceux qui vivent avec Christ et qui meurent en Lui (Rom. 14. 7,8; Apoc. 14.13).

Contenido 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11