Slobonda Narodna Misija

Isukrst juče je i danas onaj isti i u vijek.

Jezik

Le mariage: problème ancien / Ewald Frank

11. Le chemin juste




Citation: «Revenons à ce sujet du mariage et du divorce. Vous voyez, il faut que cela soit révélé. Tant que ce n’est pas révélé, vous ne le savez pas. Mais il a promis que dans ces derniers jours, dans cet âge-ci, chaque mystère caché de la Bible serait révélé. Combien savent cela?… Jésus a promis que tous ces mystères cachés, mariage et divorce, et tous les autres mystères qui avaient été cachés, seraient révélés au temps de la fin. Vous vous rappelez cette Voix qui m’avait dit: ‹Va à Tucson›. Vous vous rappelez cette lumière mystique dans les cieux et les sept anges qui s’y tenaient. Après, je suis revenu pour l’ouverture des sept Sceaux» (p. 36,37, § 222,223).

Avec le même respect que nous avons reçu et accepté l’enseignement sur la divinité, sur le baptême, sur la Sainte Cène, etc., de même nous devons accepter sans résistance intérieure, également dans ces choses, toute Parole de Dieu pour notre enseignement. La profondeur de l’héritage biblique de la foi exige aussi à ce sujet que toutes les déclarations des Saintes Ecritures soient soigneusement ordonnées et qu’elles soient méditées. Ce thème si personnel, et pourtant si important, ne doit pas être appliqué de manière privée ou être interprété comme cela nous plaît. Aucun n’a le droit de juger soi-même de son propre cas et en décider, mais bien les frères responsables devant Dieu, lesquels ont été confirmés comme enseignants et bergers; ils doivent prononcer ce qui est juste conformément à l’Ecriture. L’administration de la justice a lieu uniquement conformément au livre de la loi divine et sans acception de personne; cela ne se passe pas à la maison, mais bien dans l’Eglise. “Obéissez à vos conducteurs et soyez soumis, car ils veillent pour vos âmes, comme ayant à rendre compte…” (Héb. 13.17).

Tout frère et toute sœur qui ont des problèmes de couple, ou même un problème de divorce, et qui se soustraient aux ministères que Dieu a placés dans l’Eglise, se trompent eux-mêmes. Parce qu’ils ne respectent pas les bergers et la Parole de Dieu ils suivent leur propre chemin, c’est-à-dire qu’ils prennent un avocat et vont au juge, comme si ceux-ci étaient compétents pour les croyants. Celui qui lors d’un problème de couple s’adresse dès le commencement à ceux du monde au lieu de choisir le chemin biblique, se place sous l’influence “du méchant”, se trouve en révolte ouverte contre Christ qui est la Tête du Corps, lequel est Son Eglise, et rend nulle pour lui-même la Parole de Dieu. Lui ou elle, peu importe lequel est allé chez l'avocat en premier, doit savoir qu’en agissant ainsi il se rend coupable du plus vilain blasphème contre Dieu, parce que de cette manière les croyants sont exposés à la moquerie devant les incrédules et tout le monde, eux qui ont pourtant été rachetés à un grand prix par le Seigneur.

En général ce sont justement les coupables qui se défont des lieux matrimoniaux, puis ensuite de la communion ordonnée bibliquement, parce que dans cet état ils ne peuvent subsister dans l’église. Trop volontiers ceux qui ont tort prétendent bien sûr que quelque chose ne joue pas dans l’Eglise ni avec les frères engagés dans le service. A leurs propres yeux, eux seuls ont raison; mais selon le jugement des Saintes Ecritures ils permettent au diable de les détruire, ainsi que les autres. Celui qui ne respecte pas la Parole n’appartient visiblement pas aux brebis qui écoutent la voix du Bon Berger, et il ne peut pas se soumettre à la Parole parce que lui, ou elle, ne sont pas nés de la Parole-Semence — et cela malgré le baptême de l’Esprit et les dons de l’Esprit. A ce sujet frère Branham dit si pertinemment, lorsqu’il parle des trois “cercles”, c’est-à-dire des trois domaines, âme, esprit, corps: «Maintenant il se peut que les gens vivent dans cet esprit, il se peut qu’ils dansent dans l’esprit. Ils crient dans l’esprit. Ils vont à l’église dans l’esprit et il se peut très bien que le véritable Saint-Esprit de Dieu oigne cet esprit. Mais pourtant ils sont perdus et possédés du démon, avec cet esprit» (Et vous ne le savez pas, du 15.8.65. page 20, § 127). Seule la Parole de Dieu a raison, sinon aucun; et celui qui est de Dieu écoute la Parole de Dieu (Jean 8.47). C’est ce qui est écrit, et ceux qui la mettent en pratique sont bienheureux.

Le berger et les anciens ne doivent pas prendre parti pour l’un ou pour l’autre, de même qu’ils ne doivent pas être de la parenté de l’une des parties. Ils doivent se référer uniquement aux Ecritures et ne pas faire de commentaire personnel. Finalement la décision doit être prise par les personnes concernées, et elles seules ont à répondre de ce qu’elles font. Pareillement, la discussion ne doit pas avoir lieu seulement avec un des conjoints, mais elle doit toujours être conduite avec les deux, afin que chacun ait la possibilité de prendre position vis-à-vis des reproches et objections qui lui sont faites. Si l’on n’agit pas de cette manière, les plus mauvaises choses peuvent être déjà prévues au programme. Chacun peut alors répandre n’importe quelle affirmation et calomnie. Mais, comme nous l’avons lu dans 1 Corinthiens 6, les calomniateurs, comme les voleurs, les ravisseurs, les idolâtres, les adultères, les homosexuels, etc., n’entreront pas dans le Royaume de Dieu.

En ce qui concerne le jugement, le Seigneur commande: “Vous ne ferez pas d’injustice dans le jugement: tu n’auras pas égard à la personne du pauvre, et tu n’honoreras pas la personne du riche; tu jugeras ton prochain avec justice. Tu n’iras point ça et là médisant parmi ton peuple. Tu ne t’élèveras pas contre la vie de ton prochain. Moi je suis l’Eternel” (Lév. 19.15,16). A maintes reprises Paul avertit: et ne donnez pas occasion au diable (le calomniateur) (Eph. 4.27).

Lorsque quelqu’un a sur le cœur la communion conjugale, il laissera les choses privées à l’endroit qui leur appartient, c’est-à-dire à la maison. Les époux doivent parler de tout ensemble, mais non pas l’un de l’autre. Ils doivent parler sur toutes choses, non disputer sur elles, mais prier pour elles. Ils doivent aussi se donner du temps l’un à l’autre pour examiner et recevoir ce que le conjoint a exposé. Dans chaque mariage et dans chaque famille il y a des problèmes qui doivent êtres solutionnés, mais en cela aussi cette parole convient: “Soyez en paix entre vous” (1 Thess. 5.13). Et aussi: “Tout est possible là où l’on croit conformément à la Bible”. et “Là ou se trouve une seule volonté, là se trouve un chemin”. Quand on n’a plus la volonté de continuer, on ne cherche pas de chemin pour continuer de marcher ensemble.

Celui qui porte un problème de couple devant tout le monde, commet une trahison à l’égard de son conjoint, détruit la confiance et se ferme à lui-même le chemin du retour. Aussitôt on se trouve sur un chemin de non retour, qui se caractérise par la dureté. On s’en va à sa perte sans considération, sans prendre garde à celui qui est entraîné dans la chute ou dans les dommages. Tous ceux qui apprennent la chose sont plus ou moins entraînés. Par des conversations unilatérales sur une des personnes concernées, il se forme des partis, ce qui finalement ne cause pas une déchirure entre les conjoints seulement, mais aussi dans les familles et dans l’Eglise. Là où une racine d’amertume bourgeonne, beaucoup sont souillés et pour beaucoup la langue est enflammée par le feu de l’enfer. Satan a déjà détruit des églises de cette manière. Il ne tue pas seulement la réputation, mais aussi les âmes. Le croyant devrait savoir qu’il n’est pas destiné à bavarder sur les histoires de familles, mais bien a raconter les hauts faits accompli par Dieu à leur égard, au lieu de répandre partout ce que le diable a fait. Un véritable témoignage à la gloire de Dieu ne commence jamais par: «As-tu déjà entendu que …?».

Tous devraient considérer qu’en transmettant des calomnies ils se retranchent eux-mêmes du royaume de Dieux. La grâce à bon marché sur laquelle plusieurs se reposent n’existe pas; il n’existe que la grâce qui a coûté un grand prix. Le prix de rachat était le précieux Sang de l’Agneau de Dieu. David demandait: “Eternel! qui séjournera dans ta tente? qui demeurera en ta montagne sainte? Celui qui marche dans l’intégrité, et qui fait ce qui est juste, et qui parle la vérité de son cœur; qui ne médit pas de sa langue; qui ne fait pas de mal à son compagnon, et qui ne fait pas venir l’opprobre sur son prochain” (Ps. 15.1-3).

Seul celui qui se laisse ici placer sous le jugement de la Parole, qui se laisse corriger et se soumet à l’ordre biblique, appartiendra à l’Eglise des premiers-nés. Celui qui méprise l’Eglise de Dieu et l’œuvre de Dieu est aveuglé par l’orgueil, et il est séduit. Tous les arguments que l’on pourra présenter pour tranquilliser sa propre conscience n’auront aucune valeur devant Dieu et devant le Tribunal suprême. La seule chose valable devant Lui est ce qu’Il a ordonné Lui-même et commandé. Celui qui se glorifie d’avoir retrouvé sa liberté, mais qui a laissé derrière lui le chagrin et la souffrance des coeurs, est aveuglé.

Peut-on agir en connaissance de cause contre la Parole de Dieu et se comporter comme étant tout particulièrement spirituel, en pensant appartenir à l’Eglise-Epouse? Non, et encore une fois non, cela ne marche pas auprès de Dieu! Nous avons à croire, à agir et à marcher comme le dit l’Ecriture. Le Seigneur amène Son Eglise à l’achèvement, Laquelle, à la fin comme au commencement, ne sera qu’un cœur et qu’une âme. Il unit Son Corps, qui est composé de beaucoup de membres, sous Lui-même qui en est la Tête. Frère Branham relève maintes fois que les choses concernant mariage et divorce ont besoin d’être révélées à chacun. Avec cela il ne pense pas à une révélation “particulière”, mais bien à celle qui est donnée par Dieu Lui-même après avoir lu l’exposé de tous les passages bibliques.

Sadržaj 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15