Free People's mission

Jesus Christ is the same yesterday, today and forever. Heb.13.8

Language:

Other Countries




Devant nous se déploie le mystérieux plan du salut de notre Dieu. Dans la Genèse 1.27 Dieu créa l’homme à Son image, dans un corps spirituel. Au chapitre 2, verset 7, le Seigneur Dieu lui forma de la poussière du sol un corps de chair. Au verset 18 Dieu dit: "Il n’est pas bon que l’homme soit seul: je lui ferai une aide qui lui corresponde". Après cela l’Eternel Dieu forma de la terre tous les êtres vivants, et cela par paire, et Adam leur donna un nom. Puis l’Eternel Dieu regarda s’il se trouvait parmi eux une aide correspondante à Adam, mais Il n’en trouva aucune (v. 20). Finalement l’Eternel Dieu tira Eve du côté d’Adam et la lui présenta; elle était chair de sa chair et os de ses os (v. 21-24). C’est là que se trouve un grand mystère, et cela déjà en considération de Christ et de Son Eglise (Eph. 5.30-32): de même qu’Eve a été tirée d’Adam et fut conduite à lui, ainsi l’Eglise qui était en Christ a été tirée de Lui et Elle Lui sera présentée en tant que vierge pure (2 Cor. 11.2; Eph. 5.27). Il est l’Epoux-Parole et Elle est l’Epouse-Parole; Il est la Tête et Elle est Son Corps (Col. 1.18 et autres).

Au commencement de la création le ciel et la terre se trouvaient dans une harmonie telle que nous ne pouvons pas nous la représenter, c’était le ravissement et la félicité. Les armées célestes présentaient l’adoration à Dieu devant le Trône. Le Seigneur visitait les premiers habitants au frais du jour dans le Paradis et avait communion avec eux. Il n’y avait aucune trace de souffrance, de maladie ou de mort. Lucifer aussi avait accès à ces lieux comme Ezéchiel nous le décrit mystérieusement au chapitre 28 de son livre: "Toi, tu étais la forme accomplie de la perfection, plein de sagesse, et parfait en beauté; tu as été en Eden, le jardin de Dieu… Tu étais un chérubin oint, qui couvait…" (Ezé. 28.12-15). Il était le premier «oint» et devint l’adversaire de Dieu. Ceci est d’une grande importance concernant notre thème sur les oints dans le temps de la fin.

Pour ce chérubin, devenu l’adversaire de Dieu, il ne lui suffisait pas d’avoir causé la catastrophe dans le ciel. Voyant que Dieu avait établi Adam, Son fils, sur tout ce qu’Il avait créé sur la terre, cela lui déplut fortement. Adam, et celle qui était régente avec lui, était souverain sur la terre. L’adversaire, qui était déjà lui-même tombé hors de l’ordre divin, entraîna avec lui dans sa chute les premiers êtres humains de la terre. Etant un être spirituel, il s’empara pour cela de l’espèce animale la plus évoluée et la plus rusée d’entre les animaux (Gen. 3.1), laquelle se trouvait sans aucun doute être la plus proche de l’être humain, c’est-à-dire le serpent, lequel se tenait debout et pouvait parler.

La conversation tenue par le serpent avec Eve nous a été rapportée. Ce n’est qu’à cause de la malédiction (v. 14) que cette bête perdit sa forme originelle et devint un reptile. Depuis lors et jusque dans l’Apocalypse les notions employées concernant l’ennemi de Dieu sont: «Satan», «diable», «dragon» et «serpent ancien».

Les choses arrivées sur la terre sont encore plus terribles que dans le ciel. Les chérubins et les séraphins, tous les êtres célestes qui ne se sont pas laissés influencer par Lucifer, sont demeurés dans l’ordre divin, c’est-à-dire dans la sphère des tâches qui leur avaient été attribuées. Cependant, sur la terre, l’ensemble de l’humanité est tombée entièrement sous la domination de Satan. Il a réussi à influencer les premiers êtres humains pour qu’ils doutent de ce que Dieu avait dit, c’est-à-dire: de ne pas manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, les induisant à transgresser le saint commandement de Dieu, car la peine de mort avait été prononcée à l’égard de cette transgression. Il leur dit: «Vos yeux s’ouvriront», «Vous deviendrez sages», et: «Vous serez comme Dieu». L’ennemi prétendit: "Vous ne mourrez point certainement…" — exactement le contraire de ce que le Seigneur Dieu avait dit. Tout d’abord Satan amena la création animale sous son autorité en s’emparant du serpent, ensuite c’est Eve qui tomba sous son influence. Satan remit en question la Parole de Dieu, faussa la déclaration de Dieu: "Tu mangeras librement de tout arbre du jardin…" en disant: "Vous ne mangerez pas…" (comparez le chapitre 2.16 avec le chapitre 3.1), et il donna un faux sens à ce qui avait été dit. Depuis ce temps l’ennemi resta sur le thème biblique, mais non sur la Vérité originelle; il ne nie pas la Parole, mais tord chaque fois le sens de ce qui a été dit, l’enlaçant dans des arguments sans fin et détruisant de cette manière la crédibilité de la Parole de Dieu.

Cela ne s’arrêta pas à manger un fruit: cela a seulement été le commencement. Cela ne s’arrêta pas à être une convoitise des yeux, mais jusqu’à aujourd’hui cela conduisit à la convoitise de la chair. Le diable n’a pas seulement enlacé Eve dans des arguments, mais il l’a réellement séduite, et cela avant que la multiplication ait eu lieu comme le Seigneur la pensait lorsqu’Il dit à l’homme: "Fructifiez, et multipliez…" (Gen. 1.28). Lorsque l’on dit qu’une femme a été séduite, la signification en est généralement bien connue. Tous savent aussi de quoi il est question lorsque l’on dit: «Il est tombé dans le péché». L’Ecriture dit: "Et si un homme séduit une vierge non fiancée, et couche avec elle…" (Ex. 22.16 et autres). Après avoir été séduite par le serpent, Eve se donna à Adam qui ne l’avait pas encore connue auparavant. Le serpent avait laissé une semence, c’est-à-dire une postérité. Caïn était son produit naturel, de même qu’Abel a été celui d’Adam. Après que soit arrivé ce qui est écrit au chapitre 3, nous trouvons ceci au chapitre 4.1-2: "Et l’homme connut Eve sa femme; et elle conçut, et enfanta Caïn… Et elle enfanta encore son frère Abel" — deux fils fondamentalement différents vinrent au monde. On doit lire le chapitre 3 et la première partie du chapitre 4 comme appartenant l’un à l’autre. La répartition en chapitres et en versets n’existait pas encore dans les rouleaux des Ecritures.

Ce qui est pour nous incompréhensible arriva le même jour, et cela avant que le Seigneur vint au frais du jour dans le jardin. Après cela les hommes se cachèrent et Dieu appela: "Adam où es-tu?". Tout de suite après cela, Adam et Eve s’étaient fait des tabliers de feuilles de figuiers pour couvrir la honte de leur nudité. Le Seigneur Dieu se référa logiquement à ce qui s’était passé et mit la punition à l’endroit approprié — là où elle se trouve encore aujourd’hui — en disant à Eve: "… en travail tu enfanteras des enfants…" (Gen. 3.16). Aucune femme n’a été enceinte d’un enfant après avoir mangé un fruit, et ce n’est pas davantage le cas de la première femme. Lorsque l’Eternel Dieu a donné la loi, ce n’est pas sans raison qu’Il a placé cette sévère disposition: "Tu ne coucheras point avec une bête pour te rendre impur avec elle; et une femme ne se tiendra pas devant une bête, pour se prostituer à elle: c’est une confusion" (Lév. 18.23). "Maudit qui couche avec une bête quelconque! Et tout le peuple dira: Amen!" (Deut. 27.21).

Parce que Adam s’est soumis à l’influence de sa femme, cela conduisit à la transgression et à la chute dans le péché. C’est là la raison du reproche qui lui est fait: "Parce que tu as écouté la voix de ta femme…" (Gen. 3.17). Adam porte la faute principale parce qu’il a transgressé le commandement de Dieu qui lui avait été donné, et c’est pourquoi il est écrit: "Car, comme dans l’Adam tous meurent…" (1 Cor. 15.22). L’histoire de la grâce et du malheur a pris son cours dès le commencement. Dès ce moment la communion entre l’homme et Dieu a été détruite. C’est séparé de Dieu que le premier couple dût quitter le Paradis. Cependant, au moment même où ils «entrèrent dans la perdition», Dieu leur donna la promesse du salut par la postérité de la femme (Gen. 3.15).

Lorsque Dieu conclu une alliance avec Abraham, Il exigea la circoncision sur le membre viril de l’homme. Etait-ce fait en souvenir de la violation du commandement de la Parole lors de la chute? "C’est ici mon alliance, que vous garderez entre moi et vous et ta semence après toi: que tout mâle d’entre vous soit circoncis" (Gen. 17.10). Dieu établit la circoncision dans le corps comme signe de l’alliance. "On ne manquera point de circoncire celui qui est né dans ta maison et celui qui est acheté de ton argent; et mon alliance sera en votre chair comme alliance perpétuelle. Et le mâle incirconcis, qui n’aura pas été circoncis en la chair de son prépuce, cette âme sera retranchée de ses peuples; il a violé mon alliance" (Gen. 17.13-14). La circoncision était si importante pour Dieu qu’Il attaqua Moïse et voulait le faire mourir, parce qu’il n’avait pas circoncis son propre fils (Ex. 4.24-26). Du temps de Josué Dieu ordonna également la circoncision de tous ceux qui étaient nés après l’exode (Jos. 5:2-5). Le Rédempteur fut aussi circoncis le huitième jour et se soumit de cette manière à l’exigence divine (Luc 2.21-24). Dans la Bible chaque disposition a sa signification et son sens.

Paul, qui était un apôtre et docteur enseigné de Dieu, écrit au sujet d’Abraham et de la circoncision: "Et il reçut le signe de la circoncision, comme sceau de la justice de la foi qu’il avait dans l’incirconcision, pour qu’il fut le père de tous ceux qui croient étant dans l’incirconcision, pour que la justice leur fut aussi comptée…" (Rom. 4.11)

Dans la Nouvelle Alliance, après la réparation de la chute dans le péché, il n’y a plus pour nous d’ordonnance d’une circoncision corporelle. Maintenant c’est notre coeur qui doit être circoncis. Christ est mort pour les circoncis et les incirconcis. Maintenant est valable ce que Paul écrit: "Car, dans le christ Jésus, ni circoncision, ni incirconcision, n’ont de valeur, mais la foi opérante par l’amour" (Gal. 5.6). "En qui aussi vous avez été circoncis d’une circoncision qui n’a pas été faite de main, dans le dépouillement du corps de la chair par la circoncision du Christ, étant ensevelis avec lui dans le baptême, dans lequel aussi vous avez été ressuscités ensemble par la foi en l’opération de Dieu qui l’a ressuscité d’entre les morts" (Col. 2.11-12).

L’Arbre de la Vie se trouvait au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance se trouvait juste à côté de lui. L’obéissance et la désobéissance, la vie et la mort sont très serrées l’une à l’autre, mais s’excluent l’une l’autre. L’absence de vie c’est la mort et l’absence de lumière ce sont les ténèbres; l’absence de foi c’est l’incrédulité et l’absence d’obéissance c’est la désobéissance.

Content 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19