Wolna Misja Ludowa

Jezus Chrystus wczoraj, dzisiaj, ten sam i na wieki.Heb.13.8

Język:

Inne kraje




Dans le premier âge de l’Eglise il y eut de tels hommes qui s’écartèrent de la doctrine des apôtres et furent démasqués comme menteurs (Apoc. 2.2). Cependant déjà très tôt ce qui était perverti par une fausse influence, supplanta de plus en plus ce qui était juste. La Parole de Dieu fut remplacée par la parole des hommes, jusqu’à ce que finalement le bon plaisir de Dieu soit révélé dans le fait que le Royaume soit donné au petit troupeau (Luc 12.32). Et c’est ainsi que cela a été dans tous les âges de l’Eglise: il s’agissait du reste élu (Rom. 11.5). C’est pourquoi les promesses dans les sept lettres aux églises sont faites uniquement à ceux qui seront vainqueurs (Apoc. chap. 2 et 3). Il y eut assez tôt des personnes parmi les croyants qui étaient attachées à la doctrine de Balaam, lequel entraîna le peuple dans la chute, de sorte qu’ils s’en tinrent à la doctrine des Nicolaïtes, lesquels s’élevaient au-dessus des laïques (Apoc. 2.14-16). L’on permettait même à une Jésabel, qui se disait prophétesse, d’enseigner et d’accomplir ses propres méfaits (Apoc. 2.20-21). Nous avons en réalité à faire dès le commencement à un développement tout à fait tragique, à l’apostasie, c’est-à-dire l’éloignement de Dieu et de la vraie foi, par les déviations et les falsifications de toutes sortes. Déjà très tôt débuta la tromperie par l’interprétation des Ecritures. Plus tard on délibéra à ce sujet dans les Conciles et finalement des choses furent écrites comme doctrines et dogmes des Eglises.

La différence décisive entre les vrais et les faux oints consiste en ceci: les hommes véritablement envoyés par Dieu prêchent la Parole, et le Seigneur La confirme par les signes et les miracles qui La suivent. Les hommes qui se sont établis eux-mêmes racontent des histoires, prêchent sur les signes et les miracles et conduisent les gens à côté de la Parole, et par cela les trompent. Seul celui qui demeure dans la Parole, demeure en Dieu. Mais premièrement nous devons accepter entièrement la Parole afin de pouvoir y demeurer.

Le commandement de l’heure est: déterminer seulement par le témoignage des Ecritures qui est un faux oint ou qui est un faux prophète, ou qui est les deux à la fois. La Parole vint toujours aux vrais prophètes; les faux prophètes ont toujours eu leur interprétation de la Parole, mais jamais la Parole originale. La même chose se retrouve avec les faux oints. Ils n’ont pas la véritable doctrine de Christ et des apôtres, mais bien leur propre enseignement doctrinal, qui fut introduit au cours de l’histoire de l’Eglise. C’est Dieu Lui-même qui parla au travers des vrais prophètes; les faux prophètes parlent de Lui conformément à leur programme.

La confession: «Jésus-Christ est le Fils de Dieu et Il est apparu dans la chair» est professée par toute la chrétienté, également par les faux prophètes et les faux christs. Mais cette confession n’est toutefois pas juste lorsque avec cela on entend autre chose que ce que la Bible enseigne. Une des thèses de la théologie chrétienne dit par exemple que le Fils a été créé avant le monde, comme le commencement de la création de Dieu. Selon une autre Il aurait été engendré par Dieu en premier et né dans le ciel. A ce sujet il est écrit dans le Credo de Nicée: «Dieu venu de Dieu, Lumière venue de la Lumière, véritable Dieu venu du véritable Dieu…». S’il en était ainsi, nous aurions alors deux êtres qui seraient Dieu, deux qui seraient Lumière, et ainsi de suite. La troisième thèse dit que le Fils serait l’archange Michel de l’Ancien Testament. Et malgré tout cela tous disent: Il est Christ, le Fils de Dieu. Il y a encore d’autres versions, qui ne correspondent également pas au témoignage des Ecritures, mais sont plutôt le résultat de réflexions et de fantaisies humaines.

Dans l’Ancien Testament Il est le SEIGNEUR, JAHWEH (l’Eternel), le JE SUIS — le Logos, la Parole, la manifestation visible, agissante et en marche du Dieu invisible, qui est quand à Sa nature Esprit (Jean 4.24), et que nul homme n’a vu (1 Tim. 6.16; 1 Jean 4.12). Lui, qui marchait dans le jardin d’Eden, qui parlait avec Abraham, qui se fit connaître à Moïse et qui a parlé au travers de tous les prophètes, depuis qu’Il est devenu un homme, nous Le connaissons comme le Fils de Dieu, Lui qui est né ici sur cette terre dans une étable à Bethléhem. "Car aujourd’hui, dans la cité de David, vous est né un sauveur, qui est le Christ, le Seigneur" (Luc 2.11). Ce n’est pas un Fils dans le ciel qui devint le Fils sur la terre, mais bien la Parole qui devint chair, le Seigneur qui devint le Serviteur. Il faut s’en tenir à ce que Paul a dit: Personne ne peut rendre véritablement ce témoignage bibliquement fondé, que Jésus-Christ est le Seigneur, si ce n’est par l’Esprit de Dieu (1 Cor 12.3). Beaucoup ne rendent qu’une confession formaliste. Même les démons se sont écriés: "Ha! qu’y a-t-il entre nous et toi, Jésus Nazarénien?", et ils ont crié à haute voix: "Tu es le Fils de Dieu!" (Luc 4.34 et 41, et autres). Cette confession des démons ne les ont cependant pas justifiés; malgré tout ils demeurèrent ce qu’ils étaient précédemment. Par cela ils ne devinrent ni chrétiens ni croyants.

Il faut que cela nous soit accordé à chacun individuellement, comme à Pierre autrefois (Mat. 16.13-17), par une révélation personnelle. Toutes les autres choses ne sont que des répétitions de la raison, qui n’ont pas de valeur auprès de Dieu. AINSI DIT LE SEIGNEUR: "… et personne ne connaît qui est le Fils, si ce n’est le Père; ni qui est le Père, si ce n’est le Fils, et celui a qui le Fils voudra le révéler" (Luc 10.22). Aussi vrai que le Père s’est révélé dans le Fils, aussi certainement cela doit être révélé à chacun. Tout chrétien, même l’Antichrist, peut confesser des lèvres que Jésus-Christ est le Fils de Dieu, et cependant il pense tout autre chose que ce dont les Saintes Ecritures rendent témoignage. Sans une révélation par le Saint-Esprit cela demeure une répétition raisonnable. Le témoignage des apôtres peut être lu dans beaucoup de passages de la Bible. Paul le résume dans 1 Timothée 3.16. En réalité il n’y a qu’un seul Dieu, un seul Créateur, un seul Père révélé dans le Fils, un Seigneur, une véritable foi, un baptême juste (Eph. 4.4-6, etc.).

Toute doctrine et toute confession, ainsi que tout ce qui n’est pas en accord avec les apôtres du Christianisme primitif, est faux. Le modèle de l’Eglise primitive au commencement est le seul valable jusqu’à la fin. Tout et tous doivent être éprouvés, mais cependant la mesure à laquelle ils doivent être soumis est uniquement l’infaillible et éternelle Parole de Dieu.

Dans Matthieu 7.15 le Seigneur dit: "Or soyez en garde contre les faux prophètes qui viennent à vous en habits de brebis, mais qui au-dedans sont des loups ravisseurs". Oui, "Soyez en garde…!" est facilement dit, cependant la toison de brebis cache la nature du loup ravisseur. Le mot clé se trouve là: «ravisseur». Ils pilleront donc les brebis et ne les mèneront pas paître dans les vertes prairies de la Parole, mais plutôt les tondront en leur annonçant un évangile de prospérité et s’enrichiront par cela. Des versets 21 et 22 nous apprenons encore des choses plus exactes: "Ce ne sont pas tous ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur, qui entreront dans le Royaume des cieux; mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé en ton nom, et n’avons-nous pas chassé des démons en ton nom, et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles en ton nom?". La description du groupe de personnes auquel on se réfère est claire et ne nécessite aucune interprétation. Ou bien doit-on quand même demander s’il pouvait s’agir des grands faiseurs de miracles, des grands évangélistes et des charismatiques? En premier lieu ces «grands hommes» présentent au Seigneur tout ce qu’ils ont fait en Son Nom. N’est-ce pas remarquable? Mais cela n’impressionne pas du tout le Seigneur. Il dit: "Et alors je leur déclarerai: Je ne vous ai jamais connus; retirez-vous de moi, vous qui pratiquez l’iniquité" (Mat. 7.23).

Le "N’avons-nous pas fait tout cela en ton nom?" surprend nettement ici. Ils n’attribuent pas cela au Seigneur, mais bien à eux-mêmes et s’en glorifient, et en tout cela, c’est leur propre nom qui a été honoré. Les véritables serviteurs de Dieu savent que le salut, la guérison, oui, toutes les bénédictions proviennent seulement de Dieu, et ils font comme il est écrit: "Que celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur" (1 Cor. 1.31; 2 Cor. 10.17-18). C’est dans l’humilité que le Fils de Dieu dit: "Les paroles que moi je vous dis, je ne les dis pas de par moi-même; mais le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les oeuvres" (Jean 14.10). Pierre et Jean non plus ne se sont pas attribués à eux-mêmes la guérison de l’homme paralysé dès sa naissance, mais bien au Seigneur dont la puissance au Nom de Jésus-Christ de Nazareth a été révélée. Car de même que Dieu agissait en Christ, Christ poursuit Son oeuvre au travers des ministères dans l’Eglise. L’Eglise est un organisme vivant, et non pas une organisation religieuse.

Les véritables fils et filles de Dieu ont la pensée du Fils de Dieu et disent de tout leur coeur: "Toutefois, que ce ne soit pas ma volonté mais la tienne qui soit faite" (Luc 22.42b). Le Seigneur dit: "Car je suis descendu du ciel, non pour faire ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé" (Jean 6.38; 4.34). "… pour faire, ô Dieu, ta volonté" (Héb. 10.7). "Car quiconque fera la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, et ma soeur, et ma mère" (Marc 3.35). C’est dans cette volonté que les véritables enfants de Dieu sont une fois pour toutes sanctifiés (Héb. 10.10).

En face de la volonté de Dieu, qui s’est accomplie au travers du Fils de Dieu, et cela par une pleine obéissance allant jusqu’à la mort de la croix, se trouve l’obstination de Lucifer. L’obstination de celui qui était primitivement un oint dans le ciel se poursuit dans la propre volonté des faux oints sur la terre, et elle est la désobéissance et la révolte contre Dieu. Les Saintes Ecritures disent à cet égard: "Car la rébellion est comme le péché de divination, et l’obstination comme une idolâtrie et des théraphim" (1 Sam. 15.23). Tous ceux qui mettent maintenant l’accent principal sur les miracles et prêchent en même temps leur propre version de l’Evangile s’étonneront alors. Ils se trouvent au même niveau que tous les chrétiens qui récitent le "Notre Père", dans lequel il est dit: "Que ta volonté soit faite sur la terre comme dans le ciel", et qui ensuite passent à leur propre ordre du jour et demeurent dans la volonté des confessions, de l’Eglise, de la communauté, ou même dans leur propre volonté.

Ceux que le Seigneur blâme dans Matthieu, chapitre 7, sont pleinement absorbés par leurs oeuvres sans se laisser inclure dans le plan de Dieu, et c’est pourquoi ils sont déclarés «pratiquant l’iniquité». Lorsque avec enthousiasme il est chanté: «Il est Seigneur, Il est Seigneur…», mais que la relation serviteur / Seigneur n’existe pas en réalité, on parle, on prophétise, on agit en passant à côté de Dieu. Les faux oints et les faux prophètes ne se soucient pas des promesses données pour ce temps, pas plus du fait que Dieu a envoyé un prophète avant que le jour de l’Eternel n’arrive (Mal. 4.5-6).

Treść 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19