Ujumbe ya watu wa uhuru

Yesu Kristo ni sawa sawa Jana, leo na hata milele. Ebr.13.8

Lugha:

Inchi ingine




L’esprit de tromperie est en train de faire déborder la mesure de la séduction. Des choses sont relatées qui ne se sont pas davantage passées dans le ministère du Seigneur que dans celui des apôtres. De tels rassemblements prennent en général un caractère tout à fait étrange. Par de la musique moderne l’atmosphère est créée artificiellement. Il est tout à fait visible qu’il ne s’agit pas d’une onction du Saint-Esprit, pas d’une action directe de Dieu, mais d’une manifestation «syntonisée» sur le «charismatique» ou le «faiseur de miracles» et ses particularités. Il est prétendu des choses étonnantes, comme, par exemple, que des personnes auraient reçu de manière surnaturelle un plombage de dents en or de 24 carats. Dernièrement est prétendument tombée de la poussière des rues d’or sur la chemise noire du prédicateur, soulevée par le cheval blanc qui galopait dans le ciel! Le cavalier portait dans sa main gauche le sceptre et dans sa droite l’épée. Ces choses et d’autres encore bien davantage non bibliques sont prêchées, et l’on parle de la «troisième vague de réveil».

De toutes les aberrations dans les rassemblements charismatiques le «tomber en arrière» lors de la prière est la plus caractéristique. Cela est désigné comme «slain in the Spirit», que l’on peut traduire par «touché par l’Esprit», et qui est présenté comme une expérience particulière de bénédiction. Sur ce point laissons aussi parler l’Ecriture. La Parole à laquelle ces gens se réfèrent se trouve dans Esaïe 28.13, mais cependant elle s’y trouve en tant que menace: "… afin qu’ils marchent, et qu’ils tombent en arrière, et qu’ils soient brisés, et enlacés, et pris". C’est parce que les personnes fatiguées et ceux qui étaient chargés ne sont pas entrés dans le repos de Dieu, et qu’ils n’ont pas voulu écouter (v. 12), que cette menace a été faite. Tout d’abord Dieu expose l’état tragique dans lequel se trouvent les serviteurs de l’assemblée, et Il prononce une accusation: "Le sacrificateur et le prophète ont erré par la boisson forte, ils sont dévorés par le vin, ils se sont égarés par la boisson forte; ils ont erré dans leur vision, ils ont bronché dans le jugement" (Es. 28.7).

Cette description se rapporte à tous ceux qui ont bu à la coupe d’or de Babylone, et qui par cela ont perdu leur orientation spirituelle (Jér. 51.7; Apoc. 17.2). AINSI DIT LE SEIGNEUR: "Car toutes les tables sont pleines de sales vomissements, de sorte qu’il n’y a plus de place" (Es. 28:8). Ce n’est pas une seule table, pas une seule église, pas une seule confession, mais bien toutes les tables qui sont souillées par ce que les gens font sortir de leurs bouches: des paroles falsifiées.

En présence de cette situation cette question est justifiée: "A qui enseignera-t-il la connaissance? et à qui fera-t-il comprendre ce qui est annoncé?" (v. 9). Là où les tables ont été souillées de cette manière ne peut s’ensuivre ni jurisprudence biblique, ni réelle révélation. Là c’est continuellement: "… commandement sur commandement, commandement sur commandement; ligne sur ligne, ligne sur ligne; ici un peu, là un peu…" (v. 10). Tous sont sûrs de leurs affaires et pensent: "… si le fléau qui inonde passe, il n’arrivera pas jusqu’à nous…" car: "… nous avons fait du mensonge notre abri, et nous nous sommes cachés sous la fausseté" (v. 15). Ils ne remarquent pas qu’ils marchent sur leurs propres chemins et transmettent leurs propres interprétations des Ecritures, desquelles, sans qu’ils en soient conscients, ils ont fait leur protection et leur abri. Cependant AINSI DIT LE SEIGNEUR: "Et j’ai mis le jugement pour cordeau, et la justice pour plomb, et la grêle balayera l’abri de mensonge, et les eaux inonderont la retraite cachée" (v. 17).

Alors quand l’abri du mensonge sera touché par le marteau de la Parole de Vérité, les gens devraient le remarquer et devraient revenir à Dieu. Il y a une règle que le Seigneur nous a donnée pour le chemin. Paul écrit à son collaborateur Timothée: "Mais toi, tu as pleinement compris ma doctrine, ma conduite, mon but constant, ma foi, mon support, mon amour, ma patience, mes persécutions, mes souffrances…" (2 Tim. 3.10). Qui est disposé à prendre réellement la doctrine des apôtres pour règle? Que personne ne se trompe lui-même: Dieu ne se laisse pas moquer pour toujours. Dans Son Royaume et dans Son Eglise seule Sa Parole a de la valeur. Les paroles des hommes appartiennent aux institutions des hommes, mais non comme succédané de la Parole de Dieu. C’est un double péché lorsque d’un côté la Parole de Dieu dans Sa forme originale est rejetée et qu’Elle est remplacée par des paroles d’hommes pour se tranquilliser soi-même. (Jér. 2.13). Il en est ainsi, sans que les gens s’en aperçoivent, dans toutes les dénominations du monde entier.

Ceux-mêmes qui publient la délivrance, attrapent les gens dans leurs filets, et leur nouvelle organisation est pareille aux anciennes prisons. Dans ces choses tout demeure comme auparavant, car AINSI DIT LE SEIGNEUR: "Mais c’est ici un peuple pillé et dépouillé; ils sont tous liés dans des fosses, et ils sont cachés dans des prisons; ils sont devenus un butin, et il n’y a personne qui délivre, une proie, et il n’y a personne qui dise: Restitue! Qui parmi vous prêtera l’oreille à cela? Qui fera attention, et écoutera ce qui est à venir?" (Es. 42.22-23). Cependant il y a partout des élus que le Seigneur fidèle appelle à sortir des camps d’emprisonnement spirituel, selon la Parole de l’Ecriture: "C’est pourquoi sortez du milieu d’eux, et soyez séparés, dit le Seigneur, et ne touchez pas à ce qui est impur…" (2 Cor. 6.16-18; Apoc. 18.4, et autres).

Dans la présence de Dieu personne n’est jamais tombé en arrière en priant, mais au contraire tous sont tombés sur leurs genoux et sur leur face: Abraham (Gen. 17.17), Eliézer (Gen. 24.48), Moïse (Ex. 34.8), Josué (Jos. 5.14), Daniel (Dan. 8.17) et aussi notre Seigneur à Gethsémané (Mat. 26.39). Tous les prophètes et l’ensemble du peuple de Dieu se jetaient sur leur face: "Et tous les fils d’Israël, voyant descendre le feu, et la gloire de l’Eternel sur la maison, s’inclinèrent le visage en terre sur le pavement…" (2 Chr. 7.3). Même Nebucadnetsar, le roi païen, fit de même lorsqu’il vit l’action de Dieu (Dan. 2.46). Lorsque l’Esprit de Dieu est à l’oeuvre par le don de prophétie, les gens tombent également sur leur face (1 Cor. 14.25), et non pas comme cela est pratiqué dans les soi-disant «conférences de feu», où l’on tombe en arrière. Aussi dans le Nouveau Testament tous, dans la crainte du Seigneur, se sont prosternés sur leur face. Ceux qui ont commencé, selon Matthieu 2.11-12, sont les trois sages venus de l’Orient, jusqu’à l’apôtre Jean sur l’île de Patmos.

Dans tout réveil et dans toutes les assemblées évangéliques les gens se réunissent sous la proclamation de la Parole, parce qu’ils ont soif de Dieu. Toutefois tous ne sont pas prêts à parcourir tout le chemin avec le Seigneur, sans compromis. Beaucoup font appel à leurs «expériences» et continuent à marcher sur leur propre chemin.

Toutes ces choses qui arrivent maintenant doivent aussi une fois être appelées clairement par leur nom, et être considérées à la lumière de la Parole de Dieu: parce que le Seigneur va justement repousser si sévèrement les faiseurs de miracles, il faut que ce thème soit ramené au premier plan. Beaucoup abusent de Son Nom: ils prophétisent, chassent les démons, accomplissent des miracles et se laissent honorer et célébrer par des milliers de personnes! Qu’y a-il de faux à tout ce qu’ils font? Cela semble être tout à fait biblique! Eux-mêmes sont faux dans leurs prophéties et dans leurs doctrines parce qu’ils ont mis de côté l’enseignement biblique des apôtres et la prophétie biblique.

La puissance de Dieu qui se trouve dans le Nom de Jésus agit en dépit du fait que le prédicateur soit juste ou faux, car elle est reliée uniquement à la foi du croyant, et non à la doctrine ni à la vie de celui-ci. Notre Seigneur dit: "Et ce sont ici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru…" (Marc 16.17). Il est également écrit: "Car il fait lever son soleil sur les méchants et les bons, et envoie sa pluie sur les justes et sur les injustes" (Mat. 5.45).

Il existe encore également ce qui est vrai, car il y a aussi la promesse de notre Seigneur: "C’est pourquoi aussi la sagesse de Dieu a dit: Je leur enverrai des prophètes et des apôtres…" (Luc 11.49). A ceux que le Seigneur Lui-même envoie, Il dit: "Voici, moi je vous envoie comme des brebis au milieu des loups…" (Mat. 10.16). "Celui qui vous reçoit, me reçoit; et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé. Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète, recevra la récompense d’un prophète…" (Mat. 10.40-41).

C’est une puissante promesse, parce qu’elle vient de Dieu et promet une récompense pour tous ceux qui reçoivent de tels messagers de Dieu directement envoyés par Lui. De nouveau le Seigneur met l’accent sur cela: "En vérité, en vérité, je vous dis: Celui qui reçoit quelqu’un que j’envoie, me reçoit; et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé" (Jean 13.20). "Jésus donc leur dit encore: Paix vous soit! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie" (Jean 20.21). Chacun des hommes envoyés par Dieu connaît le jour, le lieu et la teneur de la commission divine qu’il a reçue lors de son appel et de son envoi.

Kadiri 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19