Freie Volksmission Krefeld r.y.

Jesus Christ is the same yesterday, today and forever. Heb.13.8

Kieli

Muut maat




Le Seigneur dit au serpent, après l’avoir maudit: "Et je mettrai inimitié entre toi et la femme, et entre ta semence et sa semence. Elle te brisera la tête, et toi tu lui briseras le talon" (Gen. 3.15). Le serpent a laissé derrière lui une semence, c’est ce que l’Eternel Dieu dit. Dans la Bible, jusqu’à aujourd’hui une semence signifie: une «postérité». L’inimitié ne pouvait avoir lieu qu’entre deux semences différentes, et cela remonte à l’ennemi. La Parole de Dieu est infaillible et Elle révèle le sens à ceux qui voient ce qui a été dit et ce qui est arrivé.

Caïn était réellement le fils du méchant — comme l’écrit Jean, le disciple préféré de Jésus: "… non comme Caïn était du méchant et tua son frère" (1 Jean 3.12). Certainement que par cela on ne pense pas à Adam, mais bien au diable — le méchant (Mat. 6.13; 1 Jean 2.13-14). Dans l’Ancien Testament, pas plus que dans le Nouveau, Caïn ne se trouve dans le registre généalogique mentionné comme fils d’Adam. S’il avait été le premier-né il aurait reçu le droit d’aînesse. Adam n’est aussi pas une seule fois mentionné comme étant père de Caïn. Sinon Hénoc n’aurait pas pu être le septième après Adam (Gen. 5.18; Luc 3.37-38; Jude, v. 14). C’est ainsi que la Parole de Dieu est tellement parfaite, bien qu’Elle soit également si mystérieuse! Seule Eve — pas Adam — est la mère de tous les vivants (Gen. 3.20).

L’un des deux fils était agréable à Dieu: Abel offrit un agneau en tant que victime expiatoire, et à cause de cela il devint lui-même la première victime tuée par le premier meurtrier. En Caïn il y avait l’envie, la jalousie, la violence et le meurtre. Ces caractéristiques ne proviennent pas plus de Dieu que d’Adam, lequel était un fils de Dieu, mais bien de Satan qui avait dès le commencement été un meurtrier (Jean 8.44).

Cependant Caïn aussi était religieux: il offrit également un sacrifice — malheureusement c’étaient des fruits de la terre, parce qu’il n’avait pas établi la relation existant entre la chute dans le péché et la nécessité de la rédemption et du pardon, comme l’avait fait Abel.

Les deux lignées naturelles de Caïn et de Seth existèrent jusqu’au déluge. Il est bien évident qu’Abel fut tué avant d’avoir une postérité; ainsi nous n’avons point de généalogie venant de lui. En ce qui concerne le temps de Noé nous lisons dans Genèse 6.2-3: "… les fils de Dieu virent les filles des hommes, quelles étaient belles, et ils se prirent des femmes d’entre toutes celles qu’ils choisirent". Ainsi c’est après qu’ils furent arrivés au mélange que Dieu dit: "Mon Esprit ne contestera pas à toujours avec l’homme… La fin de toute chair est venue devant moi…" (Gen. 6.3,13), car le Sauveur devait sortir de la lignée pure de Seth. Sa descendance est aussi désignée comme étant celle des fils de Dieu. Toutefois eux aussi furent désobéissants, ne crurent pas Noé, le messager et prophète, et ils péchèrent en se mélangeant. Comme notre Seigneur l’a dit dans Matthieu 24.38, ceci allait se répéter à la fin du temps de la grâce. Maintenant aussi l’Esprit de Dieu est humilié par le mélange spirituel. Autrefois naquirent les géants renommés, maintenant nous avons les hommes religieux renommés.

L’apôtre Jude compare le temps de Noé avec celui de Sodome, comme notre Seigneur le fit aussi dans Luc 17.26-30, et il évoque «une autre chair» après laquelle les fils de Dieu seraient allés (Jude v. 5-7). C’est d’eux qu’écrit aussi l’apôtre Pierre dans 2 Pierre 2.4, disant qu’ils sont gardés dans des chaînes d’obscurité pour le jugement. C’est à eux que Jésus s’adressa plus particulièrement lorsqu’Il descendit prêcher aux esprits qui sont en prison (1 Pier. 3.18-22). Ils résistèrent à l’Esprit, furent désobéissants et se mélangèrent avec «une autre chair», celle des filles des hommes de la lignée de Caïn. Il en résultat une espèce étrange, qui ne se trouvait pas dans la création originelle de Dieu. Les chercheurs n’avaient aucune réponse au sujet des singuliers squelettes qu’ils trouvèrent, et c’est ce qui les engagea à établir la théorie non biblique de l’évolution. Aussi maintenant Dieu exige de Ses enfants une nette séparation (2 Cor. 6.14-18), alors que Satan favorise toujours davantage le mélange. Les enfants de Dieu qui n’écoutent pas le message d’un prophète envoyé de Dieu, devront également en porter les conséquences.

Les anges du ciel qui furent entraînés dans la chute avec Lucifer se trouvent dans les lieux célestes (Eph. 6.12) et ne sont pas encore liés de chaînes dans les ténèbres. Jusqu’à aujourd’hui également aucun ange du ciel ne s’est marié sur terre (Mat. 22.30). Pour nous éclairer Paul écrit: "Toute chair n’est pas la même chair; mais autre est celle des hommes, autre la chair des bêtes, autre celle des oiseaux, autre celle des poissons; et il y a des corps célestes et des corps terrestres; mais différente est la gloire des célestes, et différente celle des terrestres…" (1 Cor. 15.39-40).

Lors du déluge toute l’humanité périt. De la lignée pure d’Adam et Seth ne survécurent que Noé, sa femme, ses trois fils et ses belles-filles. Depuis lors l’humanité remonte uniquement aux trois fils de Noé, et par eux jusqu’à Adam (Gen. 9.18-19; Act. 17.26). Depuis cette époque les deux semences, les deux postérités, ne se trouvent que dans le domaine spirituel. L’apôtre Jean écrit: "Par ceci sont rendus manifestes les enfants de Dieu et les enfants du diable: quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, et celui qui n’aime pas son frère" (1 Jean 3.10). Le Seigneur Jésus a dit clairement aux conducteurs religieux qui étaient contre Lui: "Vous, vous avez pour père le diable, et vous voulez faire les convoitises de votre père" (Jean 8.44). Le Semeur qui sème la Semence de Dieu est le Fils de l’homme, et les semences qui sortent sont les enfants du Royaume de Dieu. L’ennemi est le méchant, lequel sema également sa semence, et de celle-ci sortirent ses enfants. C’est écrit ainsi, et c’est vraiment cela: "… le champ, c’est le monde; et la bonne semence, ce sont les fils du royaume; et l’ivraie, ce sont les fils du méchant…" (Mat. 13.36-43).

Nous voyons d’un côté Caïn, la semence naturelle de l’ennemi, et ensuite Christ, la Semence divine. Il y a là Eve, qui ne croit pasla désobéissante: c’est à elle que Satan parle par le serpent; il y a ici Marie, qui croitl’obéissante: c’est à elle que Dieu parle par l’ange Gabriel. Là-bas, l’influence de Satan au commencement de la création naturelle; ici, l’influence divine au commencement de la création surnaturelle par l’Esprit. Les deux arrivèrent par engendrement et furent révélées dans un corps de chair.

Cela est généralement connu que Christ, le Fils de Dieu, est la Semence promise (Gal. 3.16-20 et autres) qui vint par la femme — au travers de Marie (Gal. 4.4-7). Il a pris la malédiction sur Lui-même (Gal. 3.13-14), Il a vaincu la mort, retiré l’aiguillon de la mort (1 Cor. 15.55-56), écrasé la tête du serpent ancien, tué l’inimitié (Eph. 2.16) et nous a réconcilié avec Dieu (2 Cor. 5.19) et c’est là la publication centrale de l’Evangile. "Ainsi donc, comme par une seule faute les conséquences de cette faute furent envers tous les hommes en condamnation, ainsi aussi par une seule justice les conséquences de cette justice furent envers tous les hommes en justification de vie" (Rom. 5.18). Séparé de Dieu tout va de travers — réconcilié avec Lui tout est restauré. C’est le merveilleux et joyeux message de Dieu, la Bonne Nouvelle, qui apporte le salut au monde entier.

Sisältö 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19